S’enregistrer  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  Connexion 


 ECOLE NATIONALE D'ADMINISTRATION 
Des choix irréversibles

 
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   ENA2008 Index du Forum » Futurs enarques » Préparation au concours d'entrée
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ikram


Hors ligne

Inscrit le: 10 Oct 2009
Messages: 1 197
Localisation: neverland ;)

MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 20:30 (2010)    Sujet du message: Des choix irréversibles Répondre en citant
Dans un contexte géopolitique difficile et un monde marqué par la montée des extrémismes, le Maroc a fait le choix de la voie démocratique qu'il assume pleinement.


Pour se prémunir contre tout retour en arrière et rendre le processus de démocratisation définitivement irréversible, le Royaume du Maroc a initié toute une série de réformes législatives et organisationnelles en vue d’élargir et de normaliser le champ des libertés et des pratiques démocratiques. A chacune des étapes, les partis politiques, les organisations syndicales et les ONG ont joué le rôle que leur confère la Constitution qui, dans son article trois stipule que "les partis politiques, les organisations syndicales, les collectivités locales et les chambres professionnelles concourent à l’organisation et à la représentation des citoyens".

Décrispée et libérée des blocages du passé, la société marocaine s’accoutume à vivre la "politique autrement". Réconciliés avec eux-mêmes et ayant intégré la réhabilitation de l’acte politique, les Marocains vivent, comme le disait un haut responsable politique, "un perpétuel mai 68". L’œuvre de rénovation accomplie en cinq années de règne, par SM Mohammed VI n’en est qu’à ses débuts, mais elle transforme progressivement et profondément la société marocaine.



Le nouveau concept d’autorité


Premier acte de cette transformation, le nouveau concept de l’autorité a été formulé trois mois après le début du règne de SM Mohammed VI. Cadre référentiel en rupture avec les méthodes du passé, il a reprécisé les diverses missions de l’Autorité avec pour objectif de mettre en œuvre une politique de proximité garantissant la protection des libertés individuelles et collectives, la préservation des droits des citoyens et réunissant les conditions requises par la consolidation de l'Etat de droit.

La mise en application de ce concept a nécessité la révision profonde d’un certain nombre de textes législatifs et réglementaires, afin de créer l’environnement propice à sa réussite. Dans le sillage de cette réforme, la mission des Walis (Préfets régionaux) a été redéfinie et réorganisée autour des questions économiques, avec une finalité sociale bien marquée.


Désormais, le rôle de l’appareil de l’Etat ne se limite plus à la seule gestion administrative. Il vise aussi à favoriser le développement économique. Le pari est de simplifier les procédures administratives pour faciliter et encourager les investissements générateurs d’activités à haut potentiel d’emplois et donc d’assurer plus de sécurité et de stabilité.


La démocratie participative



Révisé en 2002 en prévision des élections législatives et locales, le code électoral a introduit deux innovations majeures : de nouveaux modes de scrutin et l’abaissement de la majorité électorale à 18 ans pour permettre une meilleure participation de la jeunesse. La mise en place d’une liste nationale a favorisé une plus grande visibilité politique des femmes dont trente sont ainsi entrées au Parlement. Ces réformes ont fait des élections législatives du 27 septembre 2002, et locales du 12 septembre 2003 les scrutins les plus transparents de l’histoire électorale du Maroc. Le processus n’en est encore qu’à ses débuts et doit être testé sur plusieurs échéances, mais il a le mérite d’avoir installé le Maroc parmi les nations qui fondent leur choix sur l’engagement effectif et libre de leurs populations.

Dans le même souci de favoriser la participation citoyenne, le Code de la Presse et celui des associations ont été révisés dans le sens d’une plus large liberté d’expression et d’une plus grande participation des organisations de la société civile à la vie socio-économique du pays.

Mais la vraie manifestation de la démocratie participative est celle qui s’exerce déjà à travers les collectivités locales auxquelles la réforme adoptée sous le règne de Sa Majesté le Roi Mohammed VI a conféré de larges prérogatives. La décentralisation, la déconcentration et la régionalisation, qui sont restées longtemps au stade de projets, sont devenues opérationnelles grâce à la dynamique déclenchée par le nouveau concept de l’autorité.



La rénovation de l’appareil judiciaire



La réforme de la justice, entamée au début des années 90 a connu une véritable impulsion une décennie plus tard dans le sens du renforcement de son autorité et de son indépendance.

La mise à niveau de ce secteur a principalement visé l’approfondissement de la démocratie, par la mise en œuvre de la règle de l’égalité de tous devant la loi, et par la création de juridictions spécialisées comme les tribunaux administratifs, les tribunaux de commerce et les tribunaux de la famille. La réforme a également porté sur le perfectionnement du code de procédure pénale, le renforcement de la protection des droits de la femme et de l’enfant, notamment à travers l’harmonisation de la législation nationale avec les conventions internationales ratifiées par le Maroc et, en particulier la Convention sur les Droits de l’Enfant et la Convention sur l’Elimination de toutes les Formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDAW).

Autre réforme majeure et attendue de ce secteur, la suppression de la Cour Spéciale de Justice. L’abandon de cette juridiction a permis de rétablir le principe de l’égalité de tous les citoyens devant la justice ainsi que le respect du principe de l’indépendance du système judiciaire. La CSJ, créée au milieu des années soixante était spécialisée dans la répression des infractions relatives aux détournements de deniers publics, corruption et abus d’influence, et ce, selon une procédure exceptionnelle et dérogatoire au droit commun, en matière d’enquête, de poursuite, d’instruction et de jugement.

Source: http://www.maec.gov.ma/osce/fr/reforme_politique.htm

_________________


Jeu 25 Fév - 20:30 (2010)
Auteur Message
Publicité




MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 20:30 (2010)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Jeu 25 Fév - 20:30 (2010)
Auteur Message
tursonov


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 1 309
Localisation: ena rabat

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 09:29 (2010)    Sujet du message: Des choix irréversibles Répondre en citant
Okay
_________________
chaque nouveau né signifie que dieu n'est pas désespéré des hommes


Ven 26 Fév - 09:29 (2010)
Yahoo Messenger MSN
Auteur Message
Contenu Sponsorisé




MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:10 (2016)    Sujet du message: Des choix irréversibles
Aujourd’hui à 21:10 (2016)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   ENA2008 Index du Forum » Préparation au concours d'entrée

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield