S’enregistrer  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  Profil  Se connecter pour vérifier ses messages privés  Connexion 


 ECOLE NATIONALE D'ADMINISTRATION 
Retour sur la Chine de la Révolution culturelle

 
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   ENA2008 Index du Forum » L'actualité » Actualité Internationale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
tursonov


Hors ligne

Inscrit le: 02 Déc 2008
Messages: 1 309
Localisation: ena rabat

MessagePosté le: Dim 11 Oct - 09:20 (2009)    Sujet du message: Retour sur la Chine de la Révolution culturelle Répondre en citant
1er octobre 1966, une autre célébration de la fête nationale…


Retour sur la Chine de la Révolution culturelle
Quand, le 1er octobre 1949, Mao Zedong proclame la République populaire de Chine, le pays est exsangue. Soixante ans plus tard, après bien des soubresauts et malgré les crimes d’Etat, la Chine occupe le devant de la scène économique mondiale.

La pauvreté demeure mais la famine a disparu, les inégalités sont béantes mais 90 % des Chinois savent lire et écrire… En 1966 démarrait la Révolution culturelle, désormais qualifiée de « catastrophe nationale » par les autorités. Des photos prises alors dans les rues de Pékin offrent un des rares témoignages en couleurs de l’époque.

Par Solange BrandPékin, 1er octobre 1966. Dix-septième anniversaire de la proclamation de la République populaire de Chine. Un million et demi, deux millions (?) de gardes rouges défilent devant la tribune dressée sur la place Tiananmen, devant l’entrée de la Cité interdite, pour scander leur soutien à la Révolution culturelle et à son « guide ». Entouré de ceux que l’on nommera plus tard la « bande des quatre » , un Mao Zedong vieillissant, contesté en raison de l’échec du Grand Bond en avant , se lance à la reconquête du pouvoir — avec l’appui de l’appareil de propagande et de l’armée, commandée par Lin Biao. Et, afin de contourner parti et institutions, fait appel à la jeune génération, au nom de la révolution, de la lutte contre la bureaucratie, le mandarinat et l’embourgeoisement, pour détruire les « vestiges » du passé. Il s’agit également, pour le Grand Timonier, d’écarter tout risque d’évolution « à la soviétique », de faire prévaloir la « voie chinoise » de la révolution.

« Feu sur le quartier général ! » Quelle jeunesse résisterait à une telle invitation ? Un pari à l’échelle du pays, mais aussi une manipulation soigneusement préparée par une montée en puissance des critiques contre certains dirigeants . Dès le printemps 1966, écoliers et étudiants s’étaient mobilisés dans l’enthousiasme, marquant les débuts de la grande mise en scène des défilés, des slogans, des gongs et des cymbales. Le rouge avait envahi la ville grise et horizontale qu’était Pékin. En août, d’immenses défilés s’étaient succédé sur l’avenue Cheng An et la place Tiananmen où Mao, à huit reprises, avait « reçu » les millions de jeunes venus de tout le pays lui exprimer leur vénération. Omniprésent, appris par cœur, lu en chœur, le Petit Livre rouge contenant les « pensées du président Mao » régit alors les comportements et les aspirations.

Mais ce 1er octobre est unique en son genre. Pas de parade militaire, pas de chars fleuris ni de mise en scène colorée : durant des heures, seulement un défilé ininterrompu de jeunes gardes rouges, brassard, vareuse bleue ou kaki, chemise blanche...

_________________
chaque nouveau né signifie que dieu n'est pas désespéré des hommes


Dim 11 Oct - 09:20 (2009)
Yahoo Messenger MSN
Auteur Message
Publicité




MessagePosté le: Dim 11 Oct - 09:20 (2009)    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Dim 11 Oct - 09:20 (2009)
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet   ENA2008 Index du Forum » Actualité Internationale

Page 1 sur 1
Toutes les heures sont au format GMT

Montrer les messages depuis:

  

Sauter vers:  

Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB GroupTraduction par : phpBB-fr.com
Xmox 360 by Scott Stubblefield